• Accueil>
  • Le digital au service des entreprises sociales et solidaires

Le digital au service des entreprises sociales et solidaires

 « Le statut ne fait pas la vertu »

Le 11 mai dernier, les clubs Digital et ESS (Economie Sociale et Solidaire) de G9+ et NEOMA ALUMNI ont organisé ensemble une conférence sur le thème Le digital au service des entreprises sociales et solidaires. Les animateurs, Bérangère Boulon (PGE 03) et André Pitié (PGE 01) ont réuni cinq acteurs venus échanger sur ce sujet sur le campus parisien rue d’Athènes.

Les intervenants

Frédéric Bardeau - Président et cofondateur de Simplon.
Claire Paponneau - Ancienne trésorière et administrateur d’Amnesty International et Responsable de filiales en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale chez Orange.
Aymeric Bellamy-Brown – Cofondateur de Soieries du Mékong.
David Lorrain – Fondateur de Recyclivre
Vincent Touboul Flachaire – Fondateur de Goodeed

La place du digital dans les projets sociaux

Frédéric Bardeau souligne un véritable écart entre le monde associatif très peu digital et le monde du numérique pas toujours social…  Pour lui, un des moteurs de transformation du monde est la convergence entre l’innovation numérique et l’innovation sociale.

Simplon a donc été créé dans cette logique en considérant le digital comme un outil pour avoir plus d’impact social. Le digital est au cœur de l’activité de Simplon qui propose des formations gratuites pour devenir développeur.

Chez Recyclivre, qui collecte des livres de seconde main et les vend sur internet, le digital a d’abord permis de se différencier, de communiquer vers plus de personnes. Mais le digital a surtout amené un changement d’échelle. Le prix de vente des livres étant très faible, il s’agit surtout de faire du volume. Recyclivre travaille depuis le début avec Arès, une entreprise d’insertion donc a toujours eu un aspect sociétal.

Les ONG et associations se digitalisent de plus en plus. Claire Paponneau, donne l’exemple d’Amnesty International où la digitalisation est venue très tôt notamment auprès des 20-25 ans. C’est un moyen de communication, de collecte de fonds, de collecte de signatures et aussi un outil pour se défendre. Amnesty a par exemple développé une application mobile pour les personnes en danger. Elle leur permet de donner l’alerte au moment où elles sont arrêtées.

Claire Paponneau parle aussi de son expérience chez Orange et souligne l’importance de la pénétration du mobile sur des populations au revenu moyen limité dans ses filiales en Afrique. Dans ces régions, la digitalisation aide à la santé, à l’éducation, au développement économique (mobile banking).

Pour Soieries du Mékong, basé au Cambodge, tout a changé avec l’arrivée de la 4G. Le digital a été un véritable accélérateur. Au-delà de la vente de produits tissés à la main, Aymeric Bellamy-Brown cherche à raconter l’histoire des produits, à montrer le savoir-faire des femmes qui les fabriquent. Soieries du Mékong a réussi à fédérer des personnes autour du projet à travers des vidéos, du contenu partagé sur les réseaux sociaux.

Vincent Touboul Flachaire, le plus jeune des intervenants, est né avec le digital. Il a créé Goodeed, un site qui invite des moins de 35 ans à faire des microdons.

Un appui pour le financement

Le digital donne aussi accès à de nouveaux modes de financement. Pour Soireries du Mékong, l’utilisation de la plateforme en ligne Kiva qui permet de faire des prêts à des entrepreneurs, a fait passer un cap à l’entreprise en allégeant sa trésorerie.

Pour les levées de fonds, Simplon ou Recyclivre notamment, ont fait appel à des fonds spécialisés dans l’Impact Investing comme Investir&+ qui accompagne des projets à impact social.

Le choix d’une structure

pour combiner intérêt économique et intérêt général

Pour tous les intervenants, combiner business profitable et impact social demande de trouver le bon équilibre. Beaucoup de configurations sont possibles et comme le précise Frédéric Bardeau, « Le statut ne fait pas la vertu » en citant Jean-Marc Borello (Groupe SOS).

Simplon a créé à la fois une entreprise pour la partie lucrative et une fondation pour l’utilité sociale. L’entreprise est agréée sociale et solidaire ce qui lui permet notamment de recevoir des dons, des subventions et financement spécifiques. Selon Frédéric Bardeau, l’idéal serait plutôt de créer d’abord une association qui serait ensuite propriétaire de l’activité économique comme le Groupe SOS.

C’est le modèle choisi par Soieries du Mékong qui a commencé sous forme d’association et se transforme en marque haut-de-gamme fabriquée au Cambodge. Le besoin d’avoir un statut d’entreprise est venu au moment de la première levée de fonds.

Propos recueillis par Audrey Belliot (PGE 13)

Retrouvez la vidéo de la conférence :

  

Agenda

1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
  

Partenariat Nominations

Une promotion ? Un prix ? Une nomination ?

Informez-nous de vos réussites !

Elles seront publiées en ligne ainsi que dans NEOMA ALUMNI Review