Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

À la conquête du développement informatique avec Aubane Coulombier !

Portraits d'alumni

-

26/11/2020

Pour Aubane Coulombier (PGE 14), le développement informatique n'a plus de secrets ! Après le programme Master grandes écoles à NEOMA et quelques années d'expérience en tant que chef de publicité, elle cofonde Zeyst et poursuit des études complémentaires pour devenir une experte en informatique dont la complémentarité des compétence marketing et communicationnelles fait la force ! Rencontre :

Aubane Coulombier (PGE 14)


À la sortie de NEOMA Business School, vous avez exercé plusieurs postes de chef de publicité ou chef de produit pendant environ 5 ans, dans des entreprises variées : Campbell Soup Company, Ogilvy & Mather, TBWA Paris, Saatchi & Saatchi, BEING France. Puis vous avez souhaité changer de secteur et apprendre le développement informatique. Vous hésitiez entre ces deux domaines au début de vos études ?

Non, j’avais toujours rêvé de travailler dans le milieu de la publicité et n’avais pas envisagé l’informatique. A aucun moment dans mon parcours scolaire, on ne m’avait présenté cette voie comme une option et j’avais considéré que ce n’était pas fait pour moi. Et puis au cours de mes expériences dans la publicité, j’ai été amenée à travailler sur des supports digitaux, ce qui a été ma première porte d’entrée vers ce milieu.


Vous avez réalisé ce changement de voie alors que vous étiez en train de monter ZEYST, en tant que co-fondatrice : c’était de répondre à un besoin dans votre projet entrepreneurial qui vous a décidé à sauter le pas ? 

Oui en effet, ZEYST était une agence d’événementiel d’entreprise. Pour gagner en visibilité et créer de nouveaux partenariats, nous avons développé une plateforme répertoriant les activités insolites à faire à Paris, sous forme d’une carte interactive. J’ai proposé à mon associée de prendre en charge le développement du site et j’ai commencé à découvrir les joies du code ! Cela a clairement été le déclencheur pour suivre une formation plus solide à l’école 42.


Depuis 2019, vous êtes développeuse Full stack / front-end. Participez-vous encore aux échanges internes sur les périmètres marketings ?

En tant que freelance, j’accompagne des entrepreneurs dans la création de leurs sites et supports de communication, offrant mes compétences en marketing et communication. En revanche, dans le poste que j’occupe, mes attributions se limitent au développement, bien que la taille de la société permette une grande autonomie et agilité, laissant aux développeurs la possibilité d’apporter leur point de vue, notamment en termes d’UX/UI*.

*UX : expérience utilisateur / UI : interface utilisateur


Quel(s) avantage(s) offre(nt) la complémentarité de vos deux cursus ? 

Je pense qu’aujourd’hui un bon développeur front-end doit avoir une appétence pour l’UX. Or cela nécessite une excellente compréhension des utilisateurs ainsi qu’un sens esthétique au service du message ou de l’expérience. Ces mêmes qualités sont nécessaires dans les métiers de la communication et de la publicité. Je pense qu’avoir fait NEOMA me permet de ne jamais perdre de vue l’utilisateur final.

Vous avez également souhaité apprendre le mandarin à la Wuhan University en 2013 : qu’est-ce qui a motivé ce choix ?  

J’avais déjà eu la chance d’étudier le mandarin quand j’étais lycéenne. Approfondir cet apprentissage, tout en s’immergeant dans une ville chinoise m’est apparu comme une opportunité unique. Et cette expérience reste l’une des plus marquantes que j’ai vécu en termes d’immersion dans une autre culture. 


Le milieu informatique est beaucoup moins mixte que ceux du commerce et de l’entrepreneuriat. Les valeurs et enseignements de NEOMA Business School vous ont-ils aidée à surmonter cela ?

Je pense que l’entrepreneuriat attire des profils qui aiment relever des défis et n’ont pas peur de se lancer dans de nouvelles aventures. Les enseignements de NEOMA encouragent dans cette voie en donnant les outils pour être agile et en dédramatisant l’échec. C’est certainement pour cela que je n’ai pas hésité à reprendre des études d’informatique malgré certaines barrières à l’entrée telles que le manque de mixité ou la complexité perçue.


Le projet pour lequel vous travaillez actuellement, Dametis, a pour objectif de réconcilier industrie et écologie grâce à une solution logicielle innovante : pouvez-vous nous en dire davantage ?

Spécialisée dans l’efficacité énergétique industrielle, la start-up Dametis développe un logiciel qui combine expertise énergie et technologie web. Nous accompagnons ainsi les industriels vers ce que nous appelons le « minimum énergétique atteignable » (MEA). Concrètement, notre approche via la « théorie des Lego » nous permet de comparer n’importe quelles usines entre elles, et surtout de confronter chaque « bloc usine » à un bloc idéal virtuel. Nous déterminons ainsi quelles actions mettre en place pour décarboner une activité industrielle. 


On sent une véritable envie de faire de la pédagogie autour des enjeux écologiques dans l’industrie, de susciter des vocations : avez-vous envisagé la voie de l’enseignement ? 

En effet, je pense qu’aujourd’hui, il est indispensable de choisir des métiers qui ont du sens pour nous. Pour ma part, il m’est apparu comme une évidence de m’orienter dans la green-tech compte-tenu de l’urgence climatique. Et si je ne suis pas encore dans une démarche d’enseignement, je partage volontiers mon expérience, si cela peut donner envie à d’autres personnes de s’engager pleinement dans des métiers d’avenir, ayant un impact réel et positif sur la société. Que les étudiants et étudiantes de NEOMA n’hésitent pas à m’écrire s’ils ont des questions sur le secteur.


Quel message souhaiteriez-vous partager avec le réseau pour le mot de la fin ?

J’encourage tous les étudiants à ne pas penser leurs études comme une orientation définitive de carrière. Mais plutôt de garder le réflexe et la curiosité d’apprendre à apprendre. C’est d’ailleurs en grande partie la philosophie de l’école 42 aujourd’hui. Notre société évolue vite, les usages, les technologies, de nouvelles entreprises se créent chaque jour – pour rester au cœur de cet écosystème en mouvement permanent, il faut être aussi flexible et agile que lui. L’enseignement à NEOMA est une porte d’entrée vers votre vie professionnelle, mais surtout un moyen de se connecter au monde professionnel et de comprendre sa diversité. Ne vous fixez pas de barrière : ne considérez jamais vos choix comme irréversibles !



571 vues Visites

J'aime

  • Portrait d'alumni
  • Promo 2014
  • Développement informatique
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits d'alumni

Margaux Rebourcet (PGE 17) : un esprit créatif effervescent !

photo de profil d'un membre

Yvan Lozac'hmeur

27 janvier

Portraits d'alumni

D'analyste à chasseur : portrait d'Arthur Couespel du Mesnil (PGE 18)

photo de profil d'un membre

Yvan Lozac'hmeur

16 décembre

Nomination

Camille Guilgaut est promue chief marketing officer de Planity

photo de profil d'un membre

Yvan Lozac'hmeur

23 novembre